| 
  • If you are citizen of an European Union member nation, you may not use this service unless you are at least 16 years old.

  • Stop wasting time looking for files and revisions. Connect your Gmail, DriveDropbox, and Slack accounts and in less than 2 minutes, Dokkio will automatically organize all your file attachments. Learn more and claim your free account.

View
 

Po

Page history last edited by johper64@... 6 years, 4 months ago

Mise à jour, le 28 avril 2014

 

RUBRIQUES :

FrontPage  

News

Articles

Contemporains

Bibliographie

Membres

Etudes sur Michel Deguy

Photos

Traductions

Voyages

 

( Remarque : Dans le titre de cette page, un problème technique, propre aux sites américains Wiki, explique la coupure, du mot Po&sie en la syllabe PO.  )

 

Cette rubrique est destinée à rendre compte de la revue Po&sie, fondée par Michel Deguy en 1977, aux Editions Belin, qui publient aussi sa collection L'extrême contemporain.

 

Po&sie est à considérer comme une partie intégrante de l'oeuvre de Deguy. Un rapport particulier à la communauté s'y effectue, non seulement parce que Deguy y confie des commentaires et des traductions, mais aussi parce que traduire, seul ou à plusieurs, donner à lire la poésie étrangère, écrire sont les aspects d'une même pensée.

http://www.editions-belin.com/

 

Patrice Bougon, 21 décembre 2006

 

La lecture des sommaires indique la grande diversité du travail effectué. Remarquons que si certains numéros sont consacrés à la poésie propre à certains pays ( récemment l'Italie), la revue effectue aussi un travail sur des questions théoriques, la poésie actuelle française, le rapport à la philosophie et rend hommage aux poètes disparus.

 

(Japon, le 19 avril 2007)

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

Mise à jour, le 15 janvier 2009

 

La revue a construit son propre site en octobre 2008, il indique tout événement lié à tel numéro ou tel thème :

 

http://pourpoesie.net/

 

Présentation de l'éditeur :

 

Un site de Po&sie, de poésie, en appelle à “une poétique” des choses. Ça veut dire quoi ? Se situer en éclairant la situation, c’est la façon la plus simple de dire l’ambition et l’espoir d’ouverture d’un site, et de celui-ci. À ses visiteurs nous adressons le souhait de Valéry à son Platane “que la candeur soit prise et ton pied retenu par la force du site”.

 

Mais d’où part le rayon d’un tel site tombant sur “l’événement, notre maître” (Pascal)? D’un “œil vivant” (Rousseau) exerçant le jugement de sa langue depuis le point de sa vue, certes situé, conscient de l’être, et doué d’ubiquité. Et non pas “de Sirius”, ni “de Dieu”, juges derniers et paradisiaques, mais du ciel qu’on voit de la terre, d’où la terre est vue du ciel. De haut, c’est-à-dire d’avion et de satellite, échelles différentes, mais d’où les mondes de la terre sont attenants et traversés par le mouvement de monde qu’aujourd’hui les “mondialise”. Cette terre vue d’un tel “ciel” est la nôtre, notre monde d’expérience. Cette position de pensée prend son envol pour une vue que Baudelaire disait “élevée” (Spleen et Idéal III, “Mon esprit tu te meus avec agilité”) à hauteur d’une transcendance joyeuse : très ailleurs, très près. Ou encore : à hauteur de “sublime”, depuis laquelle la vue cherche à s’exercer au jugé, à la justesse d’un jugement qui rende justice. Edgar Poe : "Les poètes voient l'injustice, jamais là où elle n'existe pas, mais fort souvent là où des yeux non poétiques n'en voient pas du tout".

 

La vision d’une telle vue, donc, surprenante et méprisée, par l’extrême nouveauté et violence des temps, s’aiguise (et peut se brouiller, bien sûr) à envisager le menaçant. Dans le lexique du 19e siècle, de la vision et de la voyance dont il s’agit de rabattre tout en la transposant, je dirais : les voyants sont allumés en effet; ce ne sont pas les vaticinateurs extralucides, mais bel et bien les choses, les exemplarités, qui nous font voir la menace, et qu’il s’agit de montrer. Appelons poésie ce qui montre l’exemple : lettres des voyants.

 

L’œil n’est pas divin, mais du point – lui-même labile, en déplacement – d’où une vision synoptique risquée est possible, se révisant ou ravisant par effort d’impartialité, c'est-à-dire par révisions et corrections des angles ou perspectives qu’elle prend.

C’est quelque chose comme la vue “dialectique” inventée par Platon, qui cherchait à associer la vue d’ensemble (synopsis) et la microscopie (acribeia), que ne peut pratiquer simultanément le regard, mais dont est capable la “théorie” (theoria ou vue de l’esprit) qui conserve la mémoire de ce qu’elle vient de voir en le disant. La vue dialectique s’élabore en effet depuis un “ciel des idées” – pour continuer à employer les expressions platoniciennes – qui est d’intelligibles (concepts) gagnés, formés, construits par la réflexion, historique, c’est-à-dire cumulative par disputations successives jusqu’à aujourd’hui, comme la mémoire au cours de la perception: ce sont des intelligibles savants, critiques, philosophiques, scientifiques; la pensée sait qu’elle voit “par énigmes et en figures” – sans intuition divine “face à face”, disait le philosophe-théologien.

 

Le site est site d’un jugement par exemplarités arrachées aux circonstances, qui n’est pas un “jugement dernier”. Remarquons ici (ou là) les termes et syntagmes traditionnels de la philosophie d’École (idées, ciel, théorie, sublime, dialectique…et maints autres, car tous y passeraient) sont repris, renversés à l’emploi courant du sens: autant de mots pour des conceptions communes, auxquelles la pensée vernaculaire de “sens commun” fait appel pour se comprendre.

 

Alliés à ceux de la poétique, par exemple à celui-ci, grand terme (“nature simple”, dirait un cartésien) d’usage en poétique : le rapprochement, que favorise la vue de haut et de loin. Cet œil vivant en effet, que fait-il d’autre que rapprocher?

 

Le rapprochement compare; la comparaison rapproche. Au fond de la différence, en tout contentieux, en toute question, pour la pensée de l’action, ou praxis, dans le différend où s’affrontent les estimations et finalement les décisions, il y a toujours ce moment: de deux choses l’une; de ces deux choses prises en une, A et B, ou davantage, dirons nous “c’est la même chose”? Ou est-ce que “ça n’a rien à voir”? …. Ainsi de l’accusation mutuelle de “génocide” que se renvoient les États aujourd’hui (France-Rwanda; Palestine-Israël; Géorgie-Russie…) en est un bel exemple. Auschwitz est devenu le grand comparant (et un “signifiant”) libre dans la géopolitique en piste de jugement, subsumant des horreurs qui “n’ont rien avoir” pour les uns; qui sont interchangeables pour les autres….

 

Quant à lui, le rapprochement “réel” des choses n’est pas une action “magique” à distance, une transformateur qui bouge les corps matériels ou à défaut leurs copies ou images par cinématographie (contrairement à ce que croit la mentalité enfantine enivrée par les films et la publicité); mais ce rapprochement qu’un travail difficile “réalisera” peut-être, est d’alors possibilisé parce qu’envisagé dans une comparaison parlante, loquace, œuvre de l’art du langage des langues en leur logicité, possibilisé en phrases pars les raisons: juste comparaison est raison. Opérations qu’on pourrait appeler très en générale de “traduction”.

 

Il est remarquable que l’idéal politique, une paix qui vise le rapprochement, “le rapprochement des peuples,” se dise avec le mot de l’opération poétique fondamentale. Une vision politique prépare des rapprochements entre humains: “prochains” en effet, et cependant à jamais étrangers aux trois échelles de leur être-ensemble: d’un individu à l’autre, ou “interdividuelle”; d’une pluralité à l’autre, entre “collectivités”; d’une multitude à l’autre, ethnique ou nationale – à rapprocher sous l’idée régulatrice d’humanité, qu’est en effet un “universel difficile”.

 

Ce site comportera une section dénommée “tempestives” pour accueillir toute chose vue. Une autre, appelée “bords”, pour ce que déborde l’accueil de Po&sie; faute de pages assez nombreuses en cette revue; ou parce que des matières visuelles ou phoniques, chorégraphiques, musicales, ou plastiques n’y peuvent tenir – ou pour toute autre raison.

 

********************************************************************************************* 

 

( Mise à jour, le 19 juin 2007 )

 

La revue Po&sie a trente ans. Elle fêtera cet anniversaire et présentera le numéro 120 au centre Georges Pompidou, (Revue Parlée, dirigée par Marianne Alphant ), le 20 juin 2007, à 19.30. ( Source Martin Rueff )

 

 

La violoniste Hiromi Kikuchi interprétera,

en un concert exceptionnel,

Hipartita de György Kurtág

(cette œuvre, dédiée à Hiromi Kikuchi, et créée en 2005 à Berlin,

a été jouée le 6 novembre 2006 au théâtre du Châtelet)

 

Olivier Apert et Sylvain Groud exécuteront leur pièce chorégraphique

Quand je me couche dans le temps en compagnie de David Tuil

 

Jean-Pierre Lefebvre et Francis Marmande feront entendre des poèmes de

Paul Celan

 

 

Michel Deguy

Robert Davreu

Hédi Kaddour

Jinjia Li

Claire Malroux

Claude Mouchard & Haydée Charbagi

Martin Rueff

Tiphaine Samoyault

 

liront une page.

 

 

« Through the arts of the conspirators and the perversity of fortune, the most sensitive love of liberty was entrapped into the support of a war whose implied end was the erecting in our advanced century of an Anglo-American empire based upon the systematic degradation of man ». Hermann Melville

 

 

« Nous avons trente ans.

Pourquoi commencer par Melville ? Pour rappeler que nous ne perdons pas de vue notre temps, son âge, et l’époque où nous sommes suspendus. La poésie, avec esperluette ou non, n’incline pas à détourner le regard. En tant que vision d’ensemble et vue sur la circonstance, elle aime et le panoramique et le détail agrandi, fût-ce d’horreur. Sans doute l’engagement (où elle ne fut pas conviée par Sartre, qui ne l’en croyait pas capable) s’est-il transformé de bien des manières – « après la révolution », et après les exterminations. Et l’injonction s’est changée en celle du témoignage, avec et après Lévi et Celan. Le pire reste à craindre.

La poésie y peut-elle quelque chose ? Qu’a-t-elle à dire encore, et en quelles langues, demande la fameuse sentence qui doutait de la possibilité pour la langue allemande de surmonter les maux qu’elle s’était infligés. Mais c’est peut-être seulement aujourd’hui que s’amorce la mutation des langages hors langue.

Poésie et…

La poésie n’est pas seule. Qu’entendre par cette irénique assertion ? Que si on la prend seule, la mettant à part plus ou moins formellement en insistant sur son isolat, il y a risque qu’elle s’efface, réduite à de l’insignifiance sociale, sans influence sur les savoirs et les entreprises, les inventions et les dispositions, plus très éloignée du ridicule où on la voit parfois à sa « petite place culturelle » et sur les rayons réservés de la bibliothèque- malgré ses protestations de « future vigueur », dans la citation obligée de Rimbaud.

Michel Deguy

 

Po&sie & - ou la poésie n’est pas seule : pour fêter ses 30 ans la revue ne propose donc pas un bilan. Il y aurait certes de quoi faire : plus de 150 000 pages de pages de poésie et de poétique, de traductions et de réflexions qui constituent une formidable bibliothèque ; des numéros qui ont fait date depuis le numéro Celan (le 9) jusqu’au numéro Blanchot (112-113) au numéro Agamben/ Zanzotto (117-118) en passant par les numéros Japon (100) ou les numéros italiens (109 et 100).

Ni numéro commémoratif ni hit-parade ou best of, mais bien plutôt, nouveau bouquet, feu d’artifices : un laboratoire ouvert sur l’ensemble des connexions, branchements, rapprochements qui singularisent le travail de la revue, dans et avec la revue.

 

 

Au titre de Po&sie & musique, Claude Mouchard propose un dossier Kurtág où l’on trouvera la Laudatio de Ligeti par Kurtág mais aussi un entretien entre György et Márta Kurtag et Balint András Vargá ainsi qu’une étude précieuse d’Haydée Charbagi sur Kurtag et Beckett. C. Malroux dialogue avec Philippe Manoury et Georges Didi-Huberman réfléchit sur la mélodie intérieure. Hédi et Fériel Kaddour reviennent sur les Dichterliebe de Heine/ Schumann.

 

Au titre de Po&sie et image, O. Apert discute avec le cinéaste Eugène Green qui offre quelques proses et quelques poèmes inédits ; Michael Fried commente des images en poèmes, C. Perret revient chez Duchamp ; C. Malroux discute avec Jenny Holzer.

 

Au titre de Po&sie & roman, Tiphaine Samoyault propose un entretien sur le roman avec O. Rolin et H. Kaddour alors que J.-Cl. Pinson questionne le rapport des genres. On trouvera aussi un texte inédit de Louis René Des Forêts sur Proust et un texte de la linguiste Banfield.

 

Au titre de Po&sie et danse, O. Apert offre sa nouvelle chorégraphie-poème : Talita-Khoum et C. Mouchard commente le travail de Josef Nadj qui donne des dessins.

 

Po&sie ouvre la question de l’habitation avec deux textes inédits de Vittorio Sereni (La maison en poésie) et de Andrea Zanzotto (Prémisses à l’habitation). Michel Deguy revient sur le culturel, G. Horst explique pourquoi il faut que Kaliningrad devienne Königsberg et X. Papaïs évoque le trafic des reliques en Auvergne. Tim Robinson cartographie la disparition des îles du Nord.

 

La poésie est partout dans ce numéro de Po&sie : Philippe Jaworski offre une traduction d’une esquisse de Clarel, le grand poème de Melville ; Carlo Ginzburg évoque Coleridge et propose une nouvelle lecture de The Ancient Mariner ; le grand poète chinois Yu Jian nous fait voler ; Gozo donne un poème et son commentaire, Michel Sirvent commente l’usage de la typographie chez Mallarmé, Matteo Residori explique la réécriture de la Jérusalem par Le Tasse.

 

Enfin, la revue « fait parler Dante » puisqu’elle propose la première traduction française d’un chapitre de la thèse que le grand juriste Kelsen consacra à la Théorie de l’état chez Dante. Irène Rosier propose quant à elle une réflexion sur le De vulgar eloquio.

 

Un autre fil parcourt ce numéro de la revue, moins apparent mais non moins essentiel pour qui voudrait la définir : la traduction. Les poésies de l’étranger sont à l’honneur. Chaque dossier touche ainsi une des provenances géographiques chères à la revue : l’Amérique est là, l’Italie, l’Asie, l’Allemagne aussi.

 

Le numéro 120 de Po&sie offre un festin à ses lecteurs. Il veut dire la vitalité de la revue et lance des projets qui se poursuivront de numéro en numéro : la danse, le cinéma, la philosophie, la musique.

 

Ce numéro ne regarde pas en arrière. Mais en avant.

 

 

 

György Kurtág, Laudatio pour György Ligeti

 

« (Derrière, dans l'angle — à droite — en haut :)

 

Paris, nuit de la Saint Sylvestre, 1957-58.

Café-restaurant près de la Comédie Française, avec vue sur l'avenue de l'Opéra. Nous sommes assis là tous les trois, avec Ferenc Sulyok. Minuit – concert dément de klaxons – tradition parisienne. Ligeti se lève – sort – écoute avec passion – reste muet.

 

(En haut – devant – à gauche :)

Veröce, mai 1993.

Nous écoutons l'enregistrement du Grand Macabre. À propos de l’Ouverture avec les klaxons, Márta remarque : « comme si c'était le Chant de la Tortue du théâtre de marionnettes ».

 

&

 

 

Clarel, Melville traduit par Philippe Jaworski :

 

Rolfe arrêta là son récit et, après un silence,

Sur Néhémie au loin dirigea les regards:

« Voyez… le marin transformé, n’est-ce pas celui, là-bas,

Qui marche d’un pas lourd ? Ne reconnaît-on pas son allure et sa mine ? »

 

Le conteur était maintenant immobile entre Vine et Clarel

Toujours muets. Surgi mystérieusement des profondeurs marines,

Le serpent de Laocoon semblait, à cet instant,

Enlacer les trois hommes

Dans les anneaux luisants de son corps long et lisse.

L’homme au teint blême alors s’approche,

Mais c’est à peine s’ils le remarquent ;

On dirait un fantôme venu d’une région

Où rien n’est réel, sinon les vents qui sans fin gémissent.

 

 

&

 

 

Vittorio Sereni, La maison dans la poésie

 

« Peut-on en déduire légitimement qu’un rapport précis lie le poète à son temps en fonction duquel la présence de tout un milieu physique d’objets est là pour signifier une adhésion humaine, une complétude terrestre ? Et dans ce cas, un sentiment particulier de la maison permettrait-il précisément d’aller dans le sens de cette adhésion et de cette complétude ? »

 

&

 

 

Andrea Zanzotto, Prémisses à l’habitation

 

« Et pourtant, né aussi de cela, mais non pas destiné à cela, perdure en moi le désir (ou l’attente-certitude présomptueuse) d’un dire qui soit du fer. Et j’écris, j’adopte le détachement nécessaire ou j’essaie de le prendre ; je m’imagine différencié des choses et émergeant, j’imagine que j’ai des projets et que je peux les réaliser, et que les mots servent à exprimer, à mimer ou à exprimer, peu importe, une énergie, une pointe, une tête a groin qui creuse et avance à l’intérieur d’une pâte, pâte et néanmoins extrêmement dure (comme sous ces hautes pressions qui s’exercent au centre de la terre) dont elle doit se sortir aussi par l’entremise des mots. Il ne faut jamais que cette tête, ou cette pure mâchoire-groin, se retourne pour regarder vraiment en arrière : elle ne percevrait en aucun cas un corps ; au fond toute son existence, est cette poussée et cette morsure, qui ne parvient pas à déglutir et encore moins à digérer. Attention à ne pas céder à la tentation de penser à sa consistance, faite de telle sorte qu’à peine l’œil se forme-t-il dans l’effort de la regarder, elle se rend impalpable, ou mieux, elle se dissout en détails qui ne sont pas même spatialement contigus, mais bien dispersés dans une ombre de temporalités, dans des fragments de temporalité, parce que le temps véritable fait corps avec le corps qu’elle est en train de fuir, et, se faisant quanta, miettes, particules s’évaporant en fumée. »

 

 

&

 

 

Yu Jian, Flight, traduit par Jinjia Li et S. Veg

 

« Décoller quitter les révoltes et la peste quitter les hivers neigeux sans charbon

Virer au centre d’un long cylindre du porc mijoté à la sauce de soja en boîte

Les mirages d’un poète pauvre un paradis mobile une gerbe de nuages empourprés...

Quittant toutes les vieilles habitudes des indigènes une balle tirée vers l’avenir

Franchira bientôt les murs du temps franchira bientôt les jours de second ordre

Grâce à ce billet d’avion de mille dollars la belle vie apparaît dans tous ses détails

Certains comparent leur mère à une rose

Certains deviendront des éleveurs de cygnes à l’âme pure ».

 

Url de référence : http://www.cnac-gp.fr/Pompidou/Manifs.nsf/0/46BDDF33EC79B1C2C1257297004B1756?OpenDocument

 

 

 

Po&sie n°117

 

CLAUDE MOUCHARD, Papiers !

Quelques mots de Hannah Arendt

 

HUBERT CHIFFOLEAU, Ainsi soit-on

PIERRE DROGI, encordelé

JEAN-PAUL IOMMI-AMUNATÉGUI, Les restes

BENOÎT LECOQ, Villégiature du risque

MURIEL LOUÂPRE, Un ange passe

AGNÈS GODÈS, Tananarive

 

SALAH STÉTIÉ, Cinq Poèmes

 

QUESTIONS À GIORGIO AGAMBEN

GIORGIO AGAMBEN, L’hymne brisé

PIERRE ALFÉRI, Eurosport

PHILIPPE BECK, Boustrophe

PIETRO BEMBO, Une double sextine, traduite et présentée par Joël Gayraud

GISÈLE BERKMAN, Giorgio Agamben, la figure et le chiffre ou de Bartleby au «Musulman»

MICHEL DEGUY, Du rapport de la fin à la poésie, sous quelques aspects

NATASHA GORDINSKI, Patuach Sagur Patuach : en lisant Amichai via Agamben, traduit de l’anglais par Olivier Apert

DANIEL HELLER-ROAZEN, Parler en langues, traduit de l’anglais par Tiphaine Samoyault

HÉDI KADDOUR, Fin du poème fin du roman

JACQUES ROUBAUD, Les oiseaux n’ont pas de prose

MAUD MEYZAUD, Peuple révolutionnaire, peuple d’Auschwitz

LÉOPOLD PEETERS, La fin du poème ?

GIORGIO AGAMBEN, La fin du poème

 

ANDREA ZANZOTTO A QUATRE-VINGT-CINQ ANS

ANDREA ZANZOTTO, Lacustres, traduit par Martin Rueff

Enfances, poésies, petite école (notes), traduit et présenté par Philippe Audegean

Europe, arbre aux grenades-fruits des langues, traduit et présenté par Martin Rueff

ANDREA CORTELLESSA, Surimpressions, surexistences – Indices de guerres civiles chez Andrea Zanzotto, traduit et présenté par Martin Rueff

NIVA LORENZINI, Derrière le silence, par-delà le silence : la poésie d’Andrea Zanzotto, traduit par Aurélie Gendrat-Claudel

JEAN NIMIS, Mensonge du langage, vérité de la poésie

GIOVANNI RABONI, L’antimatière de Zanzotto, traduit par Aurélie Gendrat-Claudel

 

 

 

 

Po&sie n°116

 

- Saluts – A Claude Esteban,

György Somlyó, Jean Grosjean,

Bernard Delvaille, Maurice Regnaut,

Saùl Yurkiévich

- Du Monde Entier:

Piotr Sommer, Donna Stonecipher

- Psaume De Celan

Par Deguy Et Amanecer

- Michel Deguy, Jude Stéfan,

François Amanecer, Eric Clémens,

Mathieu Nuss

- Poétique – Propositions:

Simon Critchley, Michel Deguy

- Karl Jaspers

- Chroniques:

Senghor et Evtouchenko,

Patrice Loraux, Richard Rand,

Jean Zay

- Michel Orcel: Senancour

 

© 2006, 17 x 24 cm, 2-7011-4487-6, EAN 9782701144870, code Belin 004487

Prix : 20 Euros Sommaire du numéro

 

 

 

Po&sie n°115

 

- Aïgui

- Heidegger : le dispositif

avec Agamben, Dastur, Dreyfus

- Dennis Brutus

Günter Eich

George Oppen

- Henri Droguet, Claire Malroux,

Gilles Ortlieb, Daniel Pozner

- Daniel Libeskind

- Chroniques : J.-P. Moussaron,

M. Deguy

© 2006, 17 x 24 cm, 2-7011-4417-5, EAN 9782701144177, code Belin 004417

Prix : 20 Euros Sommaire du numéro

 

 

 

Po&sie n°114

 

- In memoriam Gustaf Sobin

- Stephen Owen: la poésie classique chinoise

- Bly, Tomlinson, Hope, Cole, Pugh, Saint John, Schiff, Swensen, Andreucci, Duault, Reichmann, Veltsos

- Ovide

- Marc Froment-Meurice, Catherine Malabou

- Ernast Hoffmann, Vittorio Sereni

- Citations d'Aimé Césaire

 

 

 

© 2006, 17 x 24 cm, 144 pages, 2-7011-4230-X, EAN 9782701142302, code Belin 004230

Prix : 20 Euros Sommaire du numéro

 

 

 

Po&sie n°112-113 - Correspondance : Blanchot–Kozovoï

 

Blanchot : Lettres inédites

- Olivier Apert, Philippe Chartron, Sophie Loizeau, Martin Rueff

- Traduire le Coran : Michel Orcel et Mohammed Aït Laâmim

- Claude Lefort

- Hiroshima: John Rawls, Claude Mouchard, Ôoka Shôhei

- Wilhelm Pötters: le cercle du sonnet

 

© 2005, 17 x 24 cm, 256 pages, 2-7011-4222-9

Prix : 20 Euros Sommaire du numéro

 

 

 

Po&sie n°111

 

- Jean-Luc Nancy

- Wulf Kirsten, Johannes Bobrowski, Ralph Dutli, Jacobo Fijman, Sarah Plimpton, Clayton Eshleman, Lee Seong-Bok

- Huit poètes français

- Jean-Pierre Bobillot et le vers de mallarmé

- Le devoir de penser

© 2005, 17 x 24 cm, 144 pages, 2-7011-4070-6

 

Prix : 20 Euros Sommaire du numéro

 

 

 

Po&sie n°110

Spécial Italie n°2

 

1975-2004

30 ans de poésie italienne

Deuxième salve pour honorer la poésie italienne de ces trente dernières années. Notre numéro s'ouvre par un hommage à Giovanni Raboni et se clôt sur un envoi - deux poèmes d'Attikio Zanichelli.

 

Prix Italiques 2004

 

 

© 2005, 17 x 24 cm, 235 pages, 2-7011-4069-2

 

Prix : 20 Euros

 

 

 

Po&sie n°109

Spécial Italie

 

1975-2004

30 ans de poésie italienne

Le recueil s'ouvre sur des inédits de Pasolini. L'ensemble se divise ensuite en 5 grandes sections suivant l'ordre chronologique : des poètes nés dans les années 10-20, jusqu'à ceux nés dans les années 60.

La revue se ferme sur des textes d'écrivains et intellectuels italiens concernant aussi bien la poésie que la vie intellectuelle aujourd'hui en Italie.

Chaque section est ponctuée par des dessins du peintre Adami.

© 2004, 17 x 24 cm, 318 pages, 2-7011-3977-5

 

Prix : 20 Euros

 

 

 

Po&sie n°108

 

- Stevens, Barbosa, Carneci, Eshleman

- Cornilliat, Pozner, Samoyault

- Ginzburg : la rime élisabéthaine,

Nussbaum : Malher,

Sarrazin : Celan, Gadamer, Derrida,

Rastier : contre Steiner

- Le film-poème de Yu Jian

- Deux chroniques

© 2004, 17 x 24cm, 144 pages, code Belin 003914, EAN 9782701139142, ISBN 2-7011-3914-7

Prix : 15 Euros Sommaire du numéro

 

 

 

Po&sie n°107

 

- Celan

- Du monde entier

- Pope, Johnson

- Grimbert, Karnauch, Lecoq, Sauvagnargues

- Rwanda, Cambodge

- Froment-Meurice, Kral,Salgas

© 2004, 17 x 24cm, 144 pages, code Belin 003762, EAN 9782701138626, ISBN 2-7011-3862-0

Prix : 15 Euros Sommaire du numéro

 

 

 

Po&sie n°106

 

- Dupin, Iommi-Amunatégui

- Ortlieb, Pinet

- Poésie chinoise

- Poésie bulgare

- Charnet, Minière

- L’anagnôrisis

- Une brève histoire du vers

- Un périple structural

 

© 2004, 17 x 24 cm, 144 pages, 2-7011-3850-7

Prix : 15 Euros Sommaire du numéro

 

 

 

Po&sie n°105

 

- Irak, Zimbabwe, Allemagne

- Huit Poètes Français

- Traduire, retraduire : Hopkins, Copeland

- Changer de langue

- Deguy, Malabou : deux lectures de Lacoue-Labarthe

© 2003, 17 x 24 cm, 128 pages, 2-7011-3777-2

Prix : 15 Euros Sommaire du numéro

 

 

 

Po&sie n°104

 

- Du monde entier

- Abdellatif Laâbi

- Six poètes marocains

- Retraduire : Hölderlin, Celan, Neruda, Rebora

- Régine Detambel

- Karlheinz Stierle : translatio Studii

© 2003, 17 x 24 cm, 128 pages, 2-7011-3672-5

Prix : 13,72 Euros

 

 

 

Po&sie n°103

Néerlandaise

 

- Huit poètes néerlandais

- Roger Dragonetti, deux inédits sur Dante

- Catherine Malabou, la plasticité

- Roger Pensom, la métrique française

© 2003, 17 x 24 cm, 128 pages, 2-7011-3590-7

 

Prix : 15 Euros Sommaire du numéro

 

 

 

Po&sie n°102

 

© 2003, 17 x 24 cm, 128 pages, 2-7011-3308-4

Prix : 13,72 Euros Sommaire du numéro

 

 

 

Po&sie n°101

 

Michel Deguy • Boris Christov • Christine Lavant • Joachim Sartorius • François Cornilliat • Cécile Mainardi • Mathieu Nuss • Jean-Marie Perret • Antonia Soulez • Michaël Levinas • Martine Reid • Pascal Leray

© 2002, 17 x 24 cm, 128 pages, ISBN 2-7011-3307

Prix : 13,72 Euros

 

 

 

Po&sie n°100

Spécial Japon

 

Pour célébrer ses 25 ans, la revue consacre l'intégralité de son numéro à la poésie japonaise contemporaine. Calligraphies et poèmes - inédits pour certains -, précédés d'une présentation de chaque poète, puis études sur la poésie, la musique, le cinéma ou encore l'expérience de la traduction.

 

Yoshioka Minoru • Fujitomi Yasuo • Irisawa Yasuo • Ôoka Makoto • Shiraïshi Kazuko • Tanikawa Shuntarô • Takarabe Toriko • Araï Toyomi • Amazawa Taïjirô • Tsuji Yukio • Yoshimasu Gôzô • Fujii Sadakazu • Sasaki Mikirô • Inagawa Masato • Takahashi Mutsuo • Hiraïde Takashi • Nakamoto Michiyo • Nomura Kiwao • Eshiro Mitsuru • Abe Hinako • Matsuura Hisaki • Itô Hiromi • Koïke Masayo • Michael Lucken • Okaï Takashi • Ueda Makiko • Véronique Perrin • Hosomi Kazuyuki • Sekiguchi Ryoko • Tsukui Hiromi • Andrea Raos • Teramoto Naruhiko • Shiina Ryôsuke • Takahashi Yûji • Augustin Berque

© 2002, 17 x 24 cm, 304 pages, ISBN 2-7011-3306-8

Prix : 15 Euros

 

 

 

Po&sie n°99

 

Cyprian Norwid • Joseph Von Eichendorf • Pascal Boulanger • Raymond Farina • Jean-Paul Gillet • Virgine Lalucq • Muriel Louâpre • Yaël Pachet • Claude Salomon • Simone Debout • Jean-Luc Nancy • Jean Bollack • Michel Deguy • Jacques Roubaud • René Gallet • Claire Nancy • Stéphane Michaud • Paul Kallos

© 2002, 17 x 24 cm, 128 pages, ISBN 2-7011-3305-X

Prix : 13,72 Euros

 

 

 

Po&sie n°98

GB Spécial poésie anglaise

 

GB… pour Grande-Bretagne, comme le précise Michel Deguy en conclusion du texte allègre par lequel il ouvre ce numéro spécial : «… le prédicat "anglais", fort en usage chez nous pour pointer l'outre-Manche, passe chez eux pour une mauvaise confusion. Comment appeler notre recueil ? De poésie britannique ? ou du Royaume-Uni ? Tollé. Donc on ne l'appelle pas ; et on met GB sur le bandeau, comme pour une automobile. Et que ça roule ! »

Des choix ont été faits, sans exclusive, mais au gré des poètes et traducteurs qui ont élaboré ce numéro, suivant à la fois l'élan que donne une revue et les contraintes qu'elle impose.

Plus de trente poètes, donc, en remontant jusqu'au XVIIe siècle (sept poèmes « métaphysiques ») et en s'arrêtant brièvement au XIXe (Emily Brontë et Hopkins), pour arriver aux voix contemporaines, nombreuses et diverses : Ash, Barnett, Burnside, Greenlaw, Hill, Lake, Middleton, Morgan, Prynne, Tomlinson, et bien d'autres.

Des proses aussi – de brefs textes de quelques uns de ces poètes sur le travail poétique – et, en conclusion, quelques essais sur la poésie anglaise.

Po&sie a déjà publié, au fil des quatre-vingt-dix-sept numéros qui ont précédé celui-ci, de très nombreux poètes anglais. En 1995, la revue a consacré un numéro spécial (Po&sien° 74) à John Keats, dont les Lettres, traduites par Robert Davreu, ont été publiées aux Éditions Belin en 1993.

© 2002, 17 x 24 cm, 224 pages, ISBN 2-7011-3003-4

Prix : 15 Euros

 

 

 

Po&sie n°97

 

Godofredo Iommi • Michel Deguy • Arnaldo Calvayra • Barbara Cassin • Alberto Cruz Covarrubias • Louis Dalla Fior • François Dédier • Dominique Fourcade • Josée Lapeyrère • Robert Marteau • Gonçalo Mourão • Fernand Ouelette • Vicent Andrés Estellés • Karl Ristikivi • Rainer Maria Rilke • Gérard Cartier • Bruno Ciolfi • Henri Droguet • Romain Graziani • Jean-Claude Lescout • Gérard Noiret • Denis Rigal • Erich Auerbach • Pierre Drogi

© 2001, 17 x 24 cm, 128 pages, ISBN 2-7011-3002-6

Prix : 13,72 Euros

 

 

 

Po&sie n°96

 

André du Bouchet • Yves Bonnefoy • Jacques Dupin • Claude Esteban • Yves Peyré • Israël Eliraz • David Mus • Gertrud Kolmar • Bo Carpelan • Maciej Niemiec • Yannis Ritsos • Alexandre Vvedenski • Gérard Granel • Denis Guénoun • Martin Rueff

© 2001, 17 x 24 cm, 144 pages, ISBN 2-7011-3001-8

Prix : 13,72 Euros

 

 

 

Po&sie n°95

Pierre Leyris • Elisabeth Bishop •

Haroldo de Campos • Chawki Abdelamir • Nikolaï Kantchev • Kiril Kadiiski • Thomas Kling • Marta Petreu • Giovanni Pascoli • Giovanni Raboni • Ryoko Sekiguchi •

Marie-Hélène Archambeaud • François Dumont • Daniel Guillaueme • Christophe Hardy • Jacques Lèbre • Fabien Vasseur • Alfred Brendel • Philippe Lacoue-Labarthe •

© 2001, 17 x 24 cm, 128 pages, ISBN 2-7011-3000-X

Prix : 13,72 Euros

 

 

 

Po&sie n°94

Allemagne 1800-2000

 

Volker Braun • Paul Celan • Günter Eich • Hans Magnus Enzenberger • Peter Huchel • Johannes Kühn • Reiner Kunze • Dierter Schlesak • Michael Speier • Ernest Wichner • Bernhard Böschenstein • Karl Heinz Bohrer • Gertrud Kolmar • Jean-François Mattéi • Marko Pajevic • Wieland • William Wordsworth • Clayton Eshleman • Mary Shaw • Julio Maruri • Mina Loy • Robert Marteau • Oliver Rolin

© 2001, 17 x 24 cm, 128 pages, ISBN 2-7011-2725-4

Prix : 15 Euros

 

 

 

Po&sie n°93

 

Max Loreau • Robert Davreu • Philippe Delaveau • Christain Doumet • Ariane Dreyfus • Hedi Kaddour • Christophe Lamiot • Eugène Michel • Jeanpyer Poëls • Yvan Borin • Henri Lefebvre • Yaël Pachet • Bernard Vouilloux • Clemens von Podewils • Robert Marteau • Jacques Darras • Michel Deguy • Zanartu

© 2000, 17 x 24 cm, 128 pages, ISBN 2-7011-2724-6

Prix : 13,72 Euros

 

 

 

Po&sie n°92

Rainer Maria Rilke • Arthur Symons • John Ashbery • Alfred Brendel • John Burnside • Mladen Machiedo • Maciej Niemiec • Yadollah Royaï • Leonardo Sinisgalli • Gôzô Yoshimasu • Claude Mouchard • Jacques Roubaud • Benoît Gréan • Philippe Verstraten • Jean-Luc Nancy • Bruno Cany • Michel Deguy • Marcel Proust

© 2000, 17 x 24 cm, 128 pages, ISBN 2-7011-2723-8

Prix : 13,72 Euros

 

 

 

Po&sie n°91

 

Vadim Kozovoï • Wystan Hugh Auden • William Carlos Williams • William Butler Yeats • Nâder Nâderpour • Israêl Éliraz • Lorand Gaspar • Gianni D'Elia • Lavinia Greenlaw • Louise Herlin • JacquesJouet • Song Lin • Ryoko Sekiguchi • France Preseren • Anton Gustav Matos • Jean Ruffet • Claude Mouchard •

© 2000, 17 x 24 cm, 128 pages, ISBN 2-7011-2722-X

Prix : 13,72 Euros

 

 

Po&sie n°90

 

Wystan Hugh Auden • Wallace Stevens • Louise Glück • Majorie Welish • Hans Magnus Enzensberger • Sarah Kirsch • Joseph Roth • Virgil Mazilescu • Erik Lindner •Preseren, Njegos, Ujevic, Nastasijevic, Milkovic, Raickovic • Jean-Paul Gillet • PierreDrogi • Claude Minière • Jacques Peraldi • Marc Froment-Meurice • Habib Tengour • Bernard Vargaftig • Roseline Hurion • Shoshana Rappaport

© 1999, 17 x 24 cm, 128 pages, ISBN 2-7011-2513-8

Prix : 13,72 Euros

 

 

 

Po&sie n°89

 

Andreï Kozovoï • Michel Deguy • Krzysztof Pomian• Andreas Gryphius • Pol Peeters • Marianne Moore • Salvatore Quasimodo • José Carlo Becerra • Avot Yeshurun • Jean-Luc Nancy • Sylvie Durbec • Nimrod • Michel Schneider • Salah Stétié • Esther Tellermann • Fabien Vasseur • Bernard Vouilloux • Edison Simons • Gérard Bucher • Robert Marteau • Bernard Noël

 

EPUISE

© 1999, 17 x 24 cm, 128 pages, ISBN 2-7011-2512-X

 

 

 

 

Po&sie n°88

Poésie sud-coréenne

 

Quinze poètes coréens font entendre leurs voix, libres, fulgurantes : rupture et tradition, mémoire douloureuse de l'histoire de ce siècle, et, dans un espoir obstiné de faire coïncider l'ici et l'ailleurs, des échos bouleversants à d'autres voix - Célan, Michaux, Lautréamont...

 

Yi Sang • Kim Choun-soo • Ko Un • Hwang Tong-gyu • Chong Hyon-Jong • Lee Seung-hoon • Cho Chong-kwon • Lee Song-bok • Choé Seung-ho • Song Chan-Ho • Nam Jin-woo • Ki Hyong-do • Woo Long N. • Kim Chang-kyum • Kim Hee-kyoon

© 1999, 17 x 24 cm, 176 pages, ISBN 2-7011-2511-1

Prix : 15 Euros

 

 

 

Po&sie n°87

 

Novalis • François Pétrarque • William Wordsworth • José Carlos Cataño • Benjamin Fondane • Franck Venaille • Alain Andreucci • Joël Clair Bastard • Alain Duault • Claude-Nicolas Grimbert • Muriel Louâpre • Léo Lubeit • Eugène Nicole • Éric Sarner • Marc Froment-Meurice • Claire Nancy

© 1999, 17 x 24 cm, 144 pages, ISBN 2-7011-2510-3

Prix : 13,72 Euros

 

 

 

Po&sie n°86

 

Jorie Graham • Seamus Heaney • Pier Paolo Pasolini • Olivier Apert • Philippe Beck • François Boddaert • Vincent Karim Bontems • André Davoust • Jean Flaminien • Petr Kral • Jean-Claude Pinson • Laurent Jenny • Yaël Pachet • Arnau Pons • Erich Auerbach • Mikkel Porch-Jacobsen • Gérard Granel • Jacob Rogozinski • Kolja Micevic

© 1998, 17 x 24 cm, 128 pages, ISBN 2-7011-2359-3

Prix : 13,72 Euros

 

 

 

Po&sie n°85

Spécial Mallarmé

A l'occasion du centenaire de la mort du poète, des études sur son oeuvre, des poèmes-hommages, des traductions de ses poèmes en grec et en russe, et la partition de deux sonnets mis en musique par Noel Lee.

 

Julia Kristeva • Robert Greer Cohn • Noël Lee •Gérard Bucher • Xavier Bordes •Michel Deguy • Alain Girard • Laurent Jenny • Petr Král • Daniel Oster • Yves Peyré • Antoine Raybaud • Christopher Middleton • David Mus • Robert Marteau • Kolja Micevic • Vadim Kozovoï • G. S. Patriacheas

© 1998, 17 x 24 cm, 192 pages, ISBN 2-7011-2358-5

Prix : 15 Euros Sommaire du numéro

 

 

 

Po&sie n°65

Spécial Chine

 

EPUISE

 

© 1993, 17 x 24 cm, 144 pages

 

 

20 ans de Po&sie

publié à l'occasion des 20 ans de la revue Po&sie

 

Ouvrage collectif

La revue Po&sie a 20 ans. Tout en entrant, donc, dans sa jeunesse, elle a beaucoup de souvenirs : plus de dix mille pages. Parmi lesquelles comment choisir, pour rafraîchir en juin 1997 cette jeune mémoire, fut la question. Mille coups de dés n'abolissent pas le hasard et tous les auteurs, puisqu'élu chacun en son temps, prétendaient à la réapparition en ce volume d'écho anthologique - anthologie d'anthologies numérotées. Nous en débattrons. Diversité des provenances ; brièveté des reprises possibles; insistance sur les traductions ; notoriété, nouveauté, ou découverte des auteurs ; préférence pour les textes non repris en livre par leurs auteurs... ce fut selon. Et autres critères. La contemporanéité s'étend aux extrêmes.Le résultat est cette récapitulation lacunaire qui commence donc par l’exhaussions de tous les titres publiés au cours des vingt ans, suivie de l'article sur l'"esperluète" même, et se termine par l’index nominum, d'auteurs et traducteurs.

On trouvera ici rassemblés quelques-uns des grands textes – prose ou poésie – parus dans la revue depuis vingt ans. En fin de volume, index des auteurs et traducteurs de tous les numéros publiés et sommaires des numéros 1 à 80.

© 1997, 17 x 24 cm, 304 pages, ISBN 2-7011-2083-7

Prix : 26,5 Euros

 

 

 

 

 

 

Comments (0)

You don't have permission to comment on this page.